Allégorie du Li Crochon

« Allégorie du Li Crochon ».

Beaucoup de personnes qui visitent « De tous mes yeux », mon exposition à la Maison de la Mémoire de Mons, (jusqu’au 25 février 2018) sont intriguées par la série en 3D. Voici donc l’histoire :

Il y a quelques années, le village de Falaën ; sa confrérie du Li Crochon, les autorités et les acteurs culturels locaux ont décidé d’inviter via un appel à projets des artistes plasticiens pour créer un événement du genre parcours d’artistes dans le village.

J’ai remis un dossier de candidature et ai été sélectionné avec une dizaine d’autres artistes. Dans l’appel à projets, il était indiqué que les projets sélectionnés seraient exposés durant plusieurs mois à l’extérieur et inauguré lors de la fête du Li Crochon.

Dans un premier temps, en amont, j’ai proposé aux villageois, via des annonces dans les journaux locaux, des courriers dans les boites aux lettres de venir les photographier dans leurs domiciles et de réaliser des images en relief qui seraient ensuite exposées dans des caissons lumineux à proximité de leurs habitations.

Je n’ai obtenu aucune réponse.

J’étais donc un « peu » déçu, pour ne pas dire en colère.

Bref, j’ai quand même décidé de poursuivre le projet et je me suis laissé aller.

Je me suis « vengé » en photographiant leurs façades, leurs rues et en supprimant toutes les fenêtres et toutes les portes, j’ai décidé symboliquement de les enfermer dans leurs habitations…

Ensuite, j’ai imaginé que je ferais venir des animaux un peu étranges et menaçants (des grandes peluches photographiées en studio) et ces petites mains (de poupée) que l’on voit sont en quelque sorte les mains d’un enfant somnambule qui s’approchent naïvement de ces animaux pour les toucher, les caresser…

Si vous avez été attentifs, tout au long de mon exposition on voit à plusieurs reprises des gens qui dorment. Ces images surréalistes et oniriques entrent en résonnance avec ces personnes assoupies qui rêvent peut-être aux scènes qui se déroulent dans les rue de Falaën.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le titre « Allégorie du Li Crochon » a été choisi pour évoquer la fête au village durant laquelle les habitants se rassemblent dans la cour du château pour participer (ou supporter) les mangeurs lors du concours du plus grand mangeur de Li crochon.

Le Li Crochon :

En dialecte régional, « Li crochon » était pour les anciens la première et la dernière croûte de pain, tartinées de fromage et chauffées au feu de bois. Ce mets aujourd’hui modernisé est devenu un petit pain évidé garni généreusement de jambon, de fromage de Maredret et de crème fraîche, le tout passé au four.

Note : Pour profiter de la 3D, il faut chausser les lunettes rouge/bleu adaptées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s